Contributions Sommeil Neurophysiologie & autres ..
Accueil > Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil > 2014 - Lille > Distribution sur l’année des scores moyens des réponses à l’échelle de (...)

Distribution sur l’année des scores moyens des réponses à l’échelle de somnolence d’Epworth

samedi 3 janvier 2015, par Didier Cugy

A par(r d’une base de données comportant 49389 évaluations de la somnolence au moyen de l’échelle d’epworth recueillies depuis l’année 2004 nous avons calculé la distribution des scores selon le cycle annuel des mois et selon le cycle lunaire.Retour ligne automatique
Méthode :Retour ligne automatique
Depuis 2004, les centres d’examens de santé de la Gironde proposent de façon systéma(que aux personnes de 40 ans et plus une évalua(on de la somnolence au moyen d’un auto-ques(onnaire d’Epworth. Nous avons calculé le score moyen rapporté au jour de l’année, au mois et au cycle lunaire. Nous avons comparé les résultats par analyse de variance.Retour ligne automatique
Résultats :Retour ligne automatique
Il est retrouvé en popula(on une varia(on significa(ve du score d’epworth moyen durant l’année (p<0.0001). Les scores les plus élevés étant retrouvés au mois de juillet, les scores les plus bas à la fin de l’automne au mois de novembre et décembre. Une analyse complémentaire a été réalisée sur la base du calendrier lunaire. Il est retrouvé un effet marginal mais significa(f (p<0,0253) de la phase de lunaison (indépendant du sexe et de lâge) sur l’auto-évalua(ons de la somnolence au moyen de l’échelle d’epworth.Retour ligne automatique
Discussion :Retour ligne automatique
Allebrandt & al (1) on mis en évidence l’effet de la saisonnalité notamment sur le chronotype, la durée du sommeil et le « Social Jetlag ». Les résultats obtenus à par(t de l’évalua(on de la somnolence, réalisés à l’occasion bilans de santé, qui bien que présentant un effet marginal sont en accord avec ceux obtenus par Allebrandt & al du fait du lien existant entre somnolence et durée du sommeil (2). Le lien retrouvé entre Somnolence et phase lunaire est en accord avec les données rela(ves à l’effet de la phase lunaire sur l’architecture du sommeil retrouvées par Cajochen & al.Retour ligne automatique
Bibliographie :Retour ligne automatique
1) Chronotype and sleep dura2on : The influence of season of assessment Karla V. Allebrandt, & al. Chronobiology intl, June 2014, Vol. 31,Retour ligne automatique
No. 5 , Pages 731-740Retour ligne automatique
2) Predictors of objec2ve sleep tendency in the general popula2on. Punjabi NM & al. Sleep. 2003 Sep ;26(6):678-83. 3) Evidence that the lunar cycle influences human sleep. Cajochen C & al. Curr Biol : 2013 Aug 5 ;23(15):1485-8

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0